West African and European Perspectives of Resistance to Current EU-Africa Border Regime Developments - Deportation Diplomacy, Embassy Deportation Collaboration and movement restrictions

Presenters: Rex Osa (The Voice Refugee Forum, Nigeria/Germany), Inna Touré (Afrique-Europe Interact women’s section, Mali), Ousmane Diarra (Malian Association of Deportees / AME), Ramata Keita (Malian Association of Deportees / AME), Moussa Ouédraogo (filmmaker, Ouagadougou), Aino Korvensyrjä (Free Movement Network Finland / Berlin), Hans-Georg Eberl (Afrique-Europe Interact Vienna), Claudio Feliziani (media-activist Berlin)

Moderation: Florian Horn (Rosa-Luxemburg-Stiftung)

In the aftermath and with the pretext of the so-called refugee crisis EU member states are intensifying their joint efforts to prevent African migrants from entering the EU territory and to more efficiently deport migrants from Europe. EU is pushing for readmission agreements for deportations under the banner of EU-Africa (development) cooperation, including plans for issuing a standard EU traveling certificate to deport African nationals and bilateral deportation deals. Within African civil societies, there are on the one hand those involving themselves in EU-sponsored campaigns against „illegal migration“, but also voices of resistance in defense of the freedom of movement.

This workshop brings together activists from West Africa and Europe to discuss these and related developments of the border regime from the perspective of self-organised and grassroots resistance.
In the first part of the workshop experiences from the struggle against embassy deportation collaboration are discussed. As German authorities pressure African embassies to collaborate in deportation procedures, African nationals under deportation threat and without passport are summoned to special hearings all over Germany employing coercive identification procedures. During the past decade refugees have challenged and denounced such racist and colonial practices. Osa, Korvensyrjä and Feliziani present their ongoing research and action plans to collectively oppose the collaboration to deport.

In the second part of the workshop the La Valetta action plan, drafted in the EU-Africa migration summit in November 2015, is analysed in the light of its practical consequences for African societies. Some of the concrete results of the multi- and bilateral follow-up meetings, in which the ECOWAS states have played a crucial role, are: an increase of migrant- and refugee pushbacks, the construction of „reception“ camps for retaining and pushing back refugees and migrants; the presence of security staff cooperating with FRONTEX on African airports and setting up stricter controls along inner-African borders and traveling routes. Touré, Diarra, Keita and Ouédraogo discuss the perspectives of joint resistance by African and European grassroots movements.

Le régime migratoire de l’UE et l’Afrique de l’Ouest – Points de vue de militant(e)s du Mali, du Burkina Faso, du Nigéria et de l’Europe

Intervenant(e)s: Rex Osa (The Voice Refugee Forum, Nigéria/Allemagne), Inna Touré (Afrique-Europe Interact, section des femmes, Mali), Ousmane Diarra (Association Malienne de Expulsés / AME), Ramata Keita ( Association Malienne de Expulsés / AME), Moussa Ouédraogo (réalisateur de film, Ouagadougou), Aino Korvensyrjä (Free Movement Network Finland / Berlin), Hans-Georg Eberl (Afrique-Europe Interact Viennes), Claudio Feliziani (réalisateur de film, Berlin)

Modération: Florian Horn (Rosa-Luxemburg-Stiftung)

Dans le contexte et utilisant le prétexte de la soi-disante „crise de réfugié(e)s“, les états membres de l’UE sont en train d’intensifier leurs efforts conjoints d’empecher les migrant(e)s d’entrer au territoire de l’UE et d’expulser des migrant(e)s de l’Europe d’une facon plus efficace. L’UE est en train d’imposer des accords de réadmission sous le drapeau de la coopération (de développement) EU-Afrique, y compris des plans de fournir des laisser passer standardisés de l’UE pour expulser des citoyen(ne)s africain(e)s et des deals d’expulsion bilaterales. Au sein des sociétés civiles africaines, il y a d’un côté ceux qui s’impliquent dans des campagnes financées par l’UE contre la „migration clandestine“, mais aussi des voix de résistance en défense de la liberté de circulation.

Cet attelier assemble des militant(e)s de l’Afrique de l’Ouest et de l’Europe pour discuter ces développements du régime frontalier de la perspective de la résistance à la base auto-organisée.
Dans la première partie de l’atelier, on discute des expériences de la lutte contre la collaboration des ambassades pour des expulsions. Comme les autorités allemandes mettent de la pression aux ambassades africaines de collaborer dans des procédures d’expulsions, des citoyen(ne)s africain(e)s sous menace d’expulsion et sans passeport sont convoqué(e)s à des interrogations spéciales partout en Allemagne, en utilisant des procédures d’identification coercitives. Pendant la dernière décade passée, des réfugié(e)s ont défié et dénoncé des telles pratiques racistes et coloniales.  Osa, Korvensyrjä et Feliziani leurs plans de recherche et d’action actuels pour s’opposer contre la collaboration d’expulsions et pour connecter ca aux causes de la migration forcée.

Dans la deuxième partie de l’atelier, le Plan d’Action de la Valette, dessiné au sommet UE-Afrique sur la migration en Novembre 2015, est analysé selon ses conséquences pratiques pour les sociétés africaines. Quelques résultats concrets des réunions multi- et bilaterales suivantes, dans lesquelles les états de la CEDEAO ont joué un rôle cruciale, sont: une augmentation des refoulements de migrant(e)s et de réfugié(e)s, la construction de „camps d’accueil“ pour retenir et refouler des réfugié(e)s et des migrant(e)s, la présence de personnel de sécurité en coopération avec FRONTEX partout aux aéroports africains et la création de contrôles plus strictes partout aux frontières et sur les trajects de voyage en l’Afrique.

Touré, Diarra, Keita et Ouédraogo discutent des perspectives de résistance conjointe par des mouvements de base en Afrique et en Europe et aussi la question d’initiatives africaines contre la mort de migrant(e)s et de réfugié(e)s sur la mer et sur les trajects de voyage.

The workshop is held in English and French. Translation in other languages are possible | L’atelier sera fait en Anglais et en Francais. Des traductions dans d’autres langues sont disponibles

This workshop is a cooperation between the Rosa-Luxemburg-Stiftung and Kritnet | Cet atelier est une coopération entre la Rosa-Luxemburg-Stiftung et Kritnet